FEATHER COLLECTION by SERKAN CURA

Il aura fallu près de 9300 heures de travail pour que le premier meuble en plumes de Serkan Cura puisse prendre son envol.

Née de l’imaginaire de l’artiste plumassier et de son association avec Maison Rapin, ce meuble entièrement habillé de plumes de coq (naturellement tombées de mue) est un petit bijou digne des cabinets de curiosités les plus fous.

« J’avais en tête d’habiller des meubles en plumes » s’amuse Serkan et c’est la rencontre avec Philippe Rapin qui a rendu le rêve possible. Véritable changement de cap après les robes de haute couture de Jean Paul Gaultier et les défilés de Victoria Secret ! Un vrai pari comme Serkan aime les relever depuis ses 13 ans !

Natif d’ Anvers il grandit à Bruxelles. Là, il découvre sur le marché aux puces de La place du jeu de balle près de chez lui, un oiseau de paradis. 

C’est l’ émerveillement et la naissance d’une passion. 

Il apprend à coudre, crée des chapeaux, des corsets, s’intéresse à la fourrure avant d’intégrer la prestigieuse Académie Royale d’Anvers, puis les ateliers d’Olivier Strelli qui lui donne sa chance et enfin, suprême consécration, la maison Jean Paul Gaultier en septembre 2007. « J’ai beaucoup appris auprès de Monsieur Gaultier, pendant plus de quatre ans j’ai mis mes mains au service de ses créations ».

En 2011, il rachète le stock d’une grande maison de plumasserie et crée son entreprise, en toute indépendance. Les robes imaginées pour ses illustres clientes star resteront un secret… Serkan Cura aime la discrétion, la gentillesse et l’harmonie. Et, c’est au fond d’une charmante cour du Marais qu’il a crée son nid. Un atelier pas comme les autres où il met en scène ses inspirations et empilent des boites de toutes origines contenant les plumes des plus beaux specimens !

Autant de trésors qui orneront bientôt des créations d'exception. 

WORK

  • SERKAN CURA "Feather" cabinet Cabinet in wood and patinated brass, dressed in a marquetry of feathers Interior gilded with leaf Unique piece H 170 x L 59 x D 26 cm France, circa 2020